Quand en France, on déplore que notre pays n’ait pas été retenu pour être le théâtre d’une des grandes messes du sport, je ne peux pas m’empêcher de me dire que c’est un mieux pour nos finances publiques. Quand j’ai lu que les jeux olympiques avaient largement contribué à la dette de la Grèce, je ne m’en étonnais pas. Qu’en est-il de la coupe du monde de foot pour les Sud-Africains ? Je vous communique les informations divulguées par « Le Monde Diplomatique ».

 

Pretoria avait misé sur le Mondial pour relancer l’économie du pays, durement touchée par la crise financière. Mais la facture risque d’être lourde et le réveil difficile pour le contribuable sud-africain. Le gouvernement a entrepris de vastes efforts pour l’occasion. Des stades surdimensionnés ont été construits ou réhabilités, des autoroutes ont été élargies ou prolongées, le pays s’est doté d’un nouvel aéroport à Durban, un train luxueux et rapide desservant les quartiers chics de Johannesbourg, le Gautrain, a vu le jour, les télécommunications ont été améliorées… Au total, les pouvoirs publics ont déboursé 3,5 milliards d’euros, bien plus que les 230 millions d’euros sur lesquels le gouvernement tablait au départ. Le ministère des finances a révisé à la baisse les retombées de la compétition sur la croissance. Ces dernières étaient évaluées à 1 % ; le chiffre a été divisé par deux et pourrait bien être encore plus bas.


Le coût total des neuf stades, par exemple, était estimé à 120 millions d’euros ; la facture définitive se monte à un milliard d’euros, soit dix fois plus que celle envisagée initialement. Certes, le pays devrait empocher une fraction des recettes générées par le Mondial, mais certains experts prévoient que le gouvernement fera des coupes drastiques dans les comptes publics pour amortir les dépenses, dont la rentabilité à court terme sera dérisoire. L’argent économisé, qui correspond au budget affecté à la construction de logements pendant dix ans, aurait notamment permis de loger 250 000 personnes à Johannesbourg, une ville frappée par la pauvreté et où les bidonvilles et les sans-abris sont légion. Pretoria a préféré procéder à des expulsions massives à travers le pays, comme au Cap, où vingt mille personnes ont été déplacées de force pour « embellir » la ville, ainsi que le souligne un rapport de l’ONU présenté en mars dernier à l’Assemblée générale des Nations unies .


Pour répondre aux conditions draconiennes imposées par la FIFA en matière de sécurité, dans un pays qui compte une moyenne de 20 000 meurtres par an, le gouvernement sud-africain n’a pas lésiné non plus sur les moyens. Près de 150 millions d’euros ont été investis pour garantir l’ordre public pendant la manifestation sportive. Plus de 40 000 policiers ont été spécialement recrutés et formés – notamment par la gendarmerie française. En tout, environ 200 000 gardiens de la paix sont mobilisés pour faire face à la criminalité ainsi qu’au hooliganisme. Ils auront à leur disposition des équipements antiémeutes, des fusils d’assaut dernier cri, des hélicoptères, des véhicules blindés, des caméras de surveillance disséminées dans tout le pays, un système de protection aux frontières, et même des sous-marins et des avions de chasse. Sans oublier les 420 000 agents de sécurité privés présents sur tout le territoire. Une cinquantaine de tribunaux spéciaux, sous la houlette de plus de mille juges, avocats et clercs, ont en outre été installés pour traiter les affaires le plus rapidement possible. Ils fonctionneront sept jours sur sept, de 8h30 à 23 heures.


La Coupe du monde, « Une chance pour notre pays », répète à l’envi le gouvernement sud-africain. Mais il est permis d’en douter. Sur les 100 000 emplois créés sur cinq ans, par exemple, la plupart disparaîtront . La nation « arc-en-ciel » demeure l’une des plus inégalitaires au monde, avec vingt millions de pauvres, sur une population de 47 millions d’habitants (dont 79 % de Noirs, 9 % de métis, 2,5 % d’Indiens et 9,5 % de Blancs, ces derniers se répartissant l’essentiel des richesses avec une nouvelle classe de Noirs apparue après l’apartheid), où près de la moitié vit avec moins de 1,50 euros par jour. Les Sud-Africains ont placé de grands espoirs dans les effets positifs du Mondial, mais « ces espoirs sont restés sans suite », comme l’explique la Campagne de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO) :« des quartiers pauvres ont été rasés ; les ouvriers ont construit les stades pour des salaires de misère ; des vendeurs de rue ont été chassés des rues et privés de leur source de revenu. Bref, la majorité de la population sud-africaine est restée hors jeu. » .


Loin de favoriser l’union du pays, comme le voudraient les dignitaires de l’ANC (Congrès national africain), le parti au pouvoir, la Coupe du monde sert plutôt de vitrine au capitalisme mondialisé, dont le sport en général et le football en particulier constituent un élément emblématique. L’univers du ballon rond n’a plus grand-chose à voir avec le sport inventé à la fin du dix-neuvième siècle en Angleterre. Depuis le début des années 1990, en particulier, à la faveur de l’explosion des droits de retransmission et de la déréglementation du marché des transferts, il est entré dans l’ère du « foot business », avec des clubs européens richissimes et des joueurs professionnels « starisés », aux revenus mirobolants, frisant l’« indécence » . Au point que de nombreux amateurs et passionnés ne s’y reconnaissent plus, comme le philosophe Jean-Claude Michéa. Selon lui, « l’Economie – qui contrôle désormais ce sport – n’a fait qu’accomplir dans le domaine du football ce qui est sa vocation universelle : noyer “dans les eaux glacées du calcul égoïste” la totalité des actions et des relations humaines, et, ce faisant, les mutiler irrémédiablement dans ce qui en faisait l’essence » . L’idéal de fraternité, d’égalité, de solidarité et d’honneur, auxquels étaient attachés les fondateurs de ce sport collectif, aurait-il vécu ?

Pour juger du mégasystème qu’est devenu le foot, à titre de comparaison, la Coupe du monde accueillie par la France en 1998 avait coûté environ 1,6 milliards d’euros.

En 1971, l’ancien défenseur français Marius Trésor gagnait, en euros constants 2009, 2 500 euros par mois ; l’attaquant Thierry Henry perçoit aujourd’hui près de 1,5 millions d’euros mensuels