COMPRENDRE L’ALSACE

SA CONSTITUTION DU 31 MAI 1911

Avant l'annonce et la célébration des festivités du 31 mai 2011 à Strasbourg pour commémorer les cent ans de la constitution, il me semble indispensable de sensibiliser toute la population à ce que fut, il y a 100 ans, l'octroi d'une constitution qui dotait l'Alsace Lorraine de son autonomie à la manière d'un Land allemand. Ceci oblige à un peu d'histoire, à comprendre les chances que représentait cette constitution pour notre région, et la chance qu'elle représente aujourd'hui à une époque de mondialisation qui broie les économies et les cultures régionales. Redonner à cette constitution sa raison d'être pour être l'emblême d'une région pilote qui choisit son devenir.Choisir son devenirest le fait de tous et ne peut être confisqué par les seuls autonomistes qui se fondent trop commodément avec une droite ultra.

Un hymne, un drapeau, une Constitution, voilà qui pourrait presque suffire à faire un État. Le Fahnenlied, leRotun Wiss, la Constitution du 31 mai 1911, voilà quelques attributs de l’Alsace il y a de cela 100 ans. Le ministère de l’Éducation nationale française s’est bien gardé de parler de cette période d’émancipation régionale. Il faut rappeler que c’est l’Allemagne qui a donné à l’Alsace son statut d’autonomie…que les Français se sont empressés de balayer à la fin de la Première Guerre mondiale, malgré les promesses.

Du Saint Empire Romain Germanique au Royaume de France

On peut considérer que l’Alsace, après un demi-siècle de résistance, devient effectivement française suite au traitéde Ryswick en 1697, sauf pour Mulhouse qui reste alliée aux cantons suisses (jusqu’en 1798 , au suffrage censitaire de l’époque, elle vota son rattachement à la France. Volonté de la grande bourgeoisie des affaires, industrie textile entre autres, qui trouvait son compte d’être alliée à la France. Dès lors, l’Alsace n’est plus intégrée au Saint Empire Romain Germanique.

Avec la Révolution française, qui construit la France Une et Indivisible contre les identités régionales, la frontière douanière est repoussée jusqu’au Rhin et les départements sont crées sous le Premier Empire pour casser les dynamiques provinciales. Environ un Alsacien sur trois cents maîtrise alors la langue française, ce constat n’évoluant guère jusqu’aux années 1850 date à laquelle le français est rendu obligatoire à l’école primaire.

Bismarck reprend l’Alsace et la Lorraine

La France a donc avancé ses pions administratifs, mais n’est pas parvenue à détruire la langue et les traditions alsaciennes. C’est à ce moment qu’une Allemagne en pleine gestation, commandée par une Prusse belliqueuse, a décidé de rattacher l’Alsace Moselle à son nouvel Empire, IIème du nom.

Après avoir vaincu les troupes françaises en 1870, Bismarck devient chancelier de l’Empire allemand. Il se dit que le principe d’une langue un peuple c’est bien, mais qu’annexer un peu plus que l’Alsace et la Moselle germanique ce serait encore mieux. C’est ainsi qu’une bonne partie de l’actuelle Lorraine francophone se retrouve avec l’Alsace-Moselle dans le « Reichsland Elsass-Lothringen ».