Bien que les deux premiers points de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'ONU appèlent à une solution diplomatique, les ondes ne parlait que du point 3 selon lequel ‘toutes les mesures’ sont permises. Il était donc très clair à quoi on pouvait s’attendre. Cela m'a rendu malade.

Et Sarkozy qui rêve d’être un futur Alexandre s’engouffre dans cette aventure guerrière, un nouveau joujou appuyé par les mégamensondes U.S. alors qu’il a déjà vidé les caisses de l’Etat. « Après moi le déluge » est sa doctrine de gouvernance. 

La guerre me rend malade

Je ne sais pas ce que les gens ressentent lorsque l’on bat les tambours de guerre, mais moi j’en suis littéralement malade. Très vite, la sottise de ceux qui nous gouvernent se confirme. La France s’engage dans la guerre contre la Libye. Et les candidats PS à la présidence en 2012 sont silencieux. A force de vouloir plaire à tout le monde, même aux marchands d’armes, leur programme est aussi vide que leur conscience. Leur but faire triompher le parti, détenir le pouvoir.

“chaque guerre est précédée par des média-mensonges”, me voici donc à me documenter sur la Libye.

“Vas-tu soutenir Kadhafi ?”, ai-je plusieurs fois entendu. Je m’informe pour comprendre la raison de cette attaque et des conséquences des bombardements de l’OTAN sur Tripoli.

Contrairement à Sarkozy, Berlusconi, Obama qui étaient honorés de serrer la main à Kadhafi lorsqu’il s'agissait de signer des contrats, je n’ai aucune affinité avec Kadhafi. Cela ne veut pas dire pour autant que je ne vais pas m’opposer à une guerre de l’OTAN qui défend uniquement les intérêts occidentaux. Surtout lorsque nous examinons le palmarès de l’OTAN. S’ils bombardaient vraiment pour défendre les droits de l’homme – ce qui me semble déjà une contradiction en soi – on peut alors trouver d’autres adresses comme l’Arabie Saoudite par exemple. Rappelons-nous l’histoire du « bon » et du « mauvais » Arabe. Un bon Arabe se soumet aux intérêts occidentaux, contrairement au « mauvais » Arabe. Lorsque Kadhafi était en France il y a quelques mois, il faisait encore partie de la première catégorie, car il ne fut pas arrêté à l’Elysée, à présent il fait partie de la deuxième catégorie. Obama l’a proclamé ! Qu’a-t-il fait ? Il veut accroître les parts de la Libye sur le pétrole libyen et qu’en sera-t-il pour le gaz ? Sa gouvernance séduit d’autres pays africains d’autant qu’il leur propose de créer un système bancaire qui répondrait à leurs besoins et d’échapper ainsi à l’endettement voulu par l’Occident pour les tenir sous le joug de sa puissance..

La zone de guerre

Ceux qui se rendent en Libye s’accordent à dire que Tripoli n’est pas une ville qui pourrait tomber à chaque moment, comme nous le fait croire les porte-paroles de l’OTAN lorsqu’ils parlent de l’après Khadafi. Les habitants de Tripoli ont quand même peur. La ville est régulièrement bombardée par les forces de l’OTAN et ils peuvent donc en être victime à chaque instant, les infrastructures comme hôpitaux et écoles, crées sous Kadhafi, sont ciblées. Un souk à Tripoli a été bombardé ainsi que l’Université de Al Fatah où les étudiants pouvaient y suivre une formation afin d’obtenir un master ou un doctorat en langues ou en sciences. Lors du bombardement du 30 avril sur la maison de Saif Al-Arab, le fils de Kadhafi ainsi que trois de ses enfants sont morts. En 1986, les Etats-Unis ont bombardé Bab Al Azizia, la résidence de Kadhafi. Aujourd’hui c’est une place centrale où les Libyens viennent montrer leur soutien au gouvernement. On y trouve de nombreuses familles et des étrangers venus de toute l’Afrique. Depuis le début de la guerre, le 19 mars, cette place a été bombardée à trois reprises. 

Selon les Tripolitains, les rebelles sont qualifiés unanimement d’ “Al Qaeda, maffieux, opportunistes, ...”. Depuis le début, il s’agit d’une rébellion armée qui a commencé en Occident. A Tripoli, la population n’a aucune confiance dans les leaders de la rébellion qui ont combattu en Afghanistan contre l’occupation des Etats-Unis, ou dans ces opportunistes qui se trouvaient auparavant dans le gouvernement et qui font tout à coup volte-face.

En même temps, les Libyens nous mettent en garde - nous Européens - du fait qu'en cas de victoire des rebelles, la Libye deviendrait un pôle d’attirance pour les extrémistes religieux, du Mali au Soudan. L’Europe ne doit pas s’étonner que de cette ‘nouvelle’ Libye, des attentats soient planifiés contre elle. La Libye va être tiraillée entre des guerres de clans, entre Arabes et Africains. Le développement du pays et de toute l’Afrique du Nord sera miné. La Libye s’oriente plus vers l’Afrique que vers le monde Arabe et les 4.000.000 d'étrangers en Libye ont génèré jusqu’au début de la guerre, des ressources pour les pays voisins. Ils nous ont mis en garde contre la "Somalisation" de la Libye, ce qui finalement déstabilisera toute la région.

L’OTAN avait espéré que le régime libyen s’écroulerait de l’intérieur. L’Occident savait probablement que les ministres de la Justice, des Affaires Etrangères et Intérieures, et d’autres diplomates retourneraient leurs vestes. Pourtant,, le gouvernement tient toujours bon et l’OTAN se retrouve avec un fameux problème. A Tripoli, les gens nous ont confirmé que la population avait été armée. On parle de 2.000.000 d’armes qui ont été distribuées. Ce ne sera donc pas évident pour l’OTAN de contrôler Tripoli. Sûrement pas s’ils ne comptent que sur les rebelles, qui ne font plus aucune avancée depuis des semaines et ce, malgré l’aide des bombardements de l’OTAN.

Prôner l’assassinat 

Il apparaît que l’OTAN bombarde des cibles civiles et des infrastructures à Tripoli, ce qui est illégal, même selon la résolution 1973. Les Tripolitains n’en sont pas pour autant découragés et s’opposent encore plus fort contre l’OTAN. Sur la Place Verte centrale, des centaines de milliers de Libyens se retrouvèrent pour exprimer leur soutien au gouvernement.

 

Les enjeux de cette guerre

L’indépendance de la Libye, qui n'a pas d'emprunt auprès de la Banque Mondiale ou du FMI, exaspère l'Occident. La Libye possède plus de 143 tonnes d’or (valeur de +/- 4,8 milliard d’euro). Une quantité non négligeable dans des temps de crise financière. Cette attaque de l’OTAN s'avère ainsi être le hold-up du siècle. La Libye est également la force motrice pour l’établissement d’une banque Africaine de développement et à plus long terme, elle pense aussi à une monnaie unitaire Africaine. Ce n’est pas pour rien que la Libye est appelée la mère de l’Afrique. La guerre devient donc une nouvelle guerre coloniale qui menace l’indépendance des pays Nord-africains et menace par extension toute l’Afrique. N’oublions pas que l’Afrique est un continent très riche. Étant donné que les relations entre la Libye et le reste de l’Afrique sont très solides, il est logique que la Libye reçoive à ce titre l’aide des pays voisins. C'est ainsi qu'il y a des allers-retours de camions entre la Tunisie et la Libye. Il en est de même avec l’Algérie et le Niger.

Tout le monde était d’accord pour dire que l’Occident convoite aussi le pétrole (9e au monde sur le plan des réserves avérées), le gaz (23e) et l'uranium. Dans le même temps, l’intervention militaire menace aussi les révoltes populaires en Tunisie et en Egypte. Il était clair pour tout le monde que la rébellion en Libye n’est pas comparable avec ces révoltes et veut obtenir exactement le contraire. L’occident veut à tout prix éviter un front indépendant « Tunisie-Libye-Egypte ». Cela menacerait leurs intérêts géostratégiques dans la région. Le canal de Suez doit rester accessible et Israël ne peut être menacé.

N’oublions pas ceci : la Libye est un des nombreux pays qui coopère actuellement avec la Chine, l’Inde, le Brésil,.... Le monde unipolaire, dans lequel les Etats-Unis déterminent ce qui se passe dans le monde, est en train de changer vers un monde multi-polaire.

La crise économique touche surtout l’occident et la force économique des Etat-Unis s’en trouve défiée. Obama fait donc tout ce qu’il peut pour ne pas perdre la position dominante des Etats-Unis. Néanmoins il apparaît qu’il y a à présent un vent contraire. Aux Etats-Unis, une dizaine de membres du congrès contestent la légalité de cette guerre. A l’intérieur de l’OTAN, les oppositions augmentent du fait que la guerre se prolonge plus que prévu et que l'addition, surtout pour la France, augmente considérablement.

 Comme les articles 1 & 2 de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'ONU le demandent, des initiatives diplomatiques émergent de partout afin de mettre un terme à la guerre. Des contacts entre les autorités libyennes et les rebelles ont commencé selon les dires du Secrétaire Génzral de l’O.N.U chargé de planifier l’après-guerre. La Russie demande depuis longtemps de laisser faire le travail diplomatique ; Amr Mousa de la Ligue Arabe appelle à un cessez-le-feu et à une solution politique.

On peut douter du fait que l’Occident et les rebelles vont s’inscrire dans ces propositions. Les propositions venant du Venezuela, de la Turquie et de l’Union Africaine ont déjà été rejetées. De plus, la proposition du gouvernement Libyen d’organiser des élections a peu de chance d’aboutir..

Il est clair que cette guerre n’a rien à voir avec les droits de l’homme et pour y mettre fin, l’assassinat n’est pas à exclure, la propagande et Dieu qui veille sur l’Amérique y pourvoiront.


Il est clair que cette guerre n’a rien à voir avec les droits de l’homme et pour y mettre fin, par le biais du Conseil de Sécurité de l’ONU, il  est fait appel au Tribunal International de La Haye. Le Procureur a lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de Kadhafi pour « crime contre l’humanité ». Ce mandat était demandé par l’Europe depuis février 2011, La Libye ne reconnaît pas le Tribunal de la Haye pas plus que les Etats-Unis lorsqu’ils sont appelés à comparaître pour crimes de guerre. Le mandat contre Kadhafi, chef d’état en exercice peut être aussi difficilement applicable que celui contre le chef d‘Etat du Soudan toujours en exercice quand bien même les raisons sont toute autre, la condamnation du chef soudanais est liée au génoide au Darfour.

Ce mandat contre Kadhafi va à l’encontre de la résolution 1973 qui faisait prévaloir la diplomatie. L’UE a juré allégeance aux USA et quand les problèmes sont là, elle le prouve. Tout devient possible, dans le pire. Ben Laden (le méchant) a été tué par les forces américaines (le bon). Son cadavre n’a pas été montré. Est-il vraiment mort ? C’était un suppôt de Satan, l’Amérique l’a dit et tout le monde se tait. Jusqu’à quand ?