Le Président-candidat dit s'adresser au peuple puisque les sondages disent qu'il apparaît aux regard du grand public comme le Président des riches. Les journalistes qui l'interrogent se gardent bien d'une question anxiogène qui hante les travailleurs français : où donc sont passés les 500 milliards ajoutés à la dette pendant ce quinquennat. Curiosité fondée car ce serait un enseugnement pour ne pas poursuivre cet endettement. Mais Sarkosy, en économie, prétend avoir géré la crise mieux que quiconque et ce qu'il nous laisse entrevoir, ce sont des mesures néolibérales qui conduisent dans le mur. Toujours plus de rigueur pour les travailleurs. La France économique et sociale n'est pas sa préoccupation première alors qu'elle l'est pour les Français.

Un internaute qui me sent à l'affût de toute information sur l'endettement m'envoie un article à ce sujet et je vous le soumets

Selon une étude de Terra Nova, "les cadeaux considérables" aux plus aisés et aux entreprises ont amoindri la capacité budgétaire de la France.

La Fondation Terra Nova, think tank proche du PS, publie le mardi 6 mars une étude visant à démontrer que Nicolas Sarkozy aura été durant son quinquennat "le président des riches", avec "84 milliards d'euros distribués" prioritairement aux ménages les plus aisés et aux entreprises.

Dans ce rapport sur "le bilan redistributif du sarkozysme", la fondation souligne que "ces cadeaux considérables" représentent "plus de 4 points de PIB" et que sans eux "la dette publique de la France (85% du PIB aujourd'hui) serait inférieure à celle de l'Allemagne (83,5%)".

Elle relève que "plus de la moitié" de cette redistribution "a été décidée dès 2007 à travers la loi Tepa" (travail, emploi, pouvoir d'achat), ce qui a eu pour effet d'"amoindrir la capacité budgétaire de la France à lutter contre la crise".

Sarkozy a bel et bien été "le président des riches".