Calvi préfère parler des sectes, du calendrier Maya pour parler d'une apocalypse annoncée. Il y aurait bien la crise économique qui rendrait ombrageuse l'humeur des gens mais rien sur les tensions internationales. 

La résistance palestinienne a testé ses nouveaux missiles venus d’Iran et peut désormais atteindre Israël sur son territoire. Le Hamas exige l’unité du territoire palestinien. De son côté, le Hezbollah au Liban possède les mêmes missiles. Tel Aviv est obligé d’abandonner sa stratégie de guerre limitée à ses frontières avec toujours l’intention de grignoter des territoires. Pour garantir son existence, l’état hébreu est condamné à la paix.

Dans le même temps, l’Iran a fait la démonstration  de sa supériorité technique dans le domaine des drones. Un gros avion sans pilote, télécommandé par le Hezbollah, a été capable de traverser tout Israël. Il n’a été repéré que lorsqu’il survolait la centrale atomique de Dimona. Lorsqu’un drone US a été vu au-dessus de l’Iran, les Gardiens de la Révolution ont pu le commander et l’obliger à atterrir au lieu de la détruire.

 Israël maintient son espoir de saborder la paix signée entre les USA et la Russie afin d’attaquer la Syrie. Ce serait pour Israël l’occasion de se lancer dans une aventure militaire ;

Mais ce qui s’est passé en Syrie, nous conforte dans une décrispation des tensions dans le Proche et Moyen Orient. Il s’agissait de permettre aux insurgés sur le territoire syrien de s’emparer de l’aéroport international de Damas et de mettre fin au régime de Bachar, il n’en a rien été.

Les services spéciaux russes ont fourni une aide technique aux services des renseignements de l’armée syrienne en coupant toutes les communications de la Syrie (téléphone mobile, Internet, brouillage radio) durant cette bataille. Ils ont permis aussi à l’armée syrienne de brouiller toutes les communications ennemies à l’intérieur du pays.

 Les déclarations diplomatiques de responsables américains et russes devenaient de plus en plus codées et variaient en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain. Les deux pays n’ont pas manqué d’envoyer des bâtiments de guerre en face du littoral syrien (Lattaquié et Tartus) dont le porte-avions nucléaire Eisenhower pour la marine US.

 C’est la première fois que Américains et husses mesurent leurs capacités de guerre électronique et cybernétique dans une bataille en Syrie. Rappelons-nous l’avion civil coréen abattu pour avoir volontairement violé les frontières de l’URSS, les capacités de détection avaient montré que cet avion civil était en relation avec un satellite US espion et une navette spatiale US. La capacité des radars de l’URSS ont fait abandonner l’idée d’agression et Reagan rencontrait le Premier Soviétique pour des accords de désarmement. De tels accords rendant moins scandaleuse la destruction d’armements obsolètes qui ont tant coûté de labeur et de sacrifices de confort de vie aux populations. Les armes maintenues en stocks ou à venir ne diminuent en rien le risque de conflagration générale tant leur capacité de violence s’est accrue.