Ma malvoyance accrue et l'ensemble du rachis atteint ce qui signifie douleurs chroniques et très invalidantes font que je n'alimente plus mes blogs. Mais le parti UMP devenu "Les Républicains" m'oblige à mettre ici un encart puisque je n'ai lu ou entendu un journaliste dire le sens profond de la nouvelle appellation alors qu'en 2007, il y eut un journal à stigmatiser les véritables intentions ce N. Sarkosy. Ce dernier disait vouloir modifier la constitution pour plus de parlementarisme. Il a bien réuni le Congrès mais une république parlementaire n'a pas été à l'ordre du jou, il n'a pas pu non plus manoeuvrer pour établir un parti unique, peut-être parce que, dans la presse écrite, son intention avait été analysée.

Qu'à cela ne tienne. Après une retraite forcée, il revient avec une nouvelle stratégie. L'UMP sera le parti "Les Républicains". A l'approche des futures présidentielles, la droite revancharde ne peut qu'applaudir une telle proposition. Personne ne voudra prétendre n'être pas républicain, donc nous sommes tous dans le parti "Les Républicains". Il suffisait d'un tour de passe passe sémantique pou obtenir le parti unique et face à un futur président, la presse fait silence. Pourtant, dans l'émission de Calvy, ce 1er juin, un participant a eu le courage de souligner la violense des discours de Monsieur Sarkosy. Attaquer F. Hollande est une chose mais lui refuser le tire de républicain est énorme, pour montrer la gros de la farce, ce serait comme lui imputer la mort d'Henri IV.

Si nous ne prenons pas la peine de faire une analyse serrée des discours de Nicolas Sarkosy, nous pourrions bien nous retrouver avec un régime, que la devoir de mémoire devrait nous faire détester. Et à chacun de relire la Constitution de 1958, porte ouverte à une dictature. Le Général nous a fait le cadeau d'avoir un régime duquel nous nous sommes tenus à l'écart du tempq de la fortune de Mussolini, d'Hitler et du Mikado;