Le Poète Citoyen

Non au  Projet de loi Fioraso

 

Alors qu’il est prévoit de faire des langues locales les langues officielles en régions, le gouvernement s’apprête à angliciser l’enseignement supérieur et la recherche. Autrement dit, la France abandonne la francophonie qu’elle pilotait bien naturellement et les valeurs véhiculées par la langue française au fil des siècles. Est-ce le point de départ d’une balkanisation annoncée de la France ? Et le mode préparatoire pour supprimer les services publics puisque tous les fonctionnaires francophones n’auront plus de raisons d’être ? Après tout, c’est bien là le programme voulu par l’UE ultra-libérale asphyxiée par les ukase US et vassalisée par l’Allemagne. Les récents votes au Parlement Européen montrent bien que les députés payés par les contribuables sont à la solde des émissaires américains et n’ont nul souci des électeurs qu’ils représentent.

Comme d’habitude, le PS met en œuvre ce que la droite n’aurait pu faire. Mais il nous appartient de défendre notre langue maternelle. Aux traducteurs de faire connaître la pensée française avec des intellectuels qui, face aux attaques à l’encontre de leur outil de travail, retrouveront la vigueur pour libérer leur expression. Les technologies actuelles permettent une maîtrise de l’édition. Rappelons-nous que Voltaire tirait lui-même ses livres et ses lecteurs venaient assembler les pages pour faire circuler les écrits. La Commune de Paris fusillée par les Versaillais marque la fin de l’esprit révolutionnaire français. Il est toujours temps d’avoir à l’esprit que la liberté commence par le courage.

Non le français ne succombera pas à l’arrogance anglo-saxonne, sa destinée n’est pas d’être réduit à un folklore ou à une langue morte. Je me souviens trop de cette foire du livre à Marlenheim où le Professeur  Wackenheim a célébré l’oraison funèbre du français. Année 1973, « les cahiers du bilinguisme » ont écrit « les francophones n’ont qu’à retourner à Paris». Donc le bilinguisme n’inclut pas le français, la militance ést pour les dialectes et l’allemand, langue qui unit les dialectes. Quand je m’enhardissait à le dire, je soulevais des protestations. Le repli sur le passé n’apporte pas de dynamisme, aimer l’Alsace, c’est aussi enrichir son patrimoine avec les œuvres de langue française, langue des générations après 1945. Si le bilinguisme en Alsace est l’allemand et le français, alors les tenants du bilinguisme vont nous rejoindre dans la défense du français.

 

Retrait des projets de lois qui veulent marginaliser le français

Les Français doivent maintenant se redresser et dire NON à l'invasion galopante de l'américain qui obéit non pas à une fatalité mais à une stratégie délibérée de domination économique, culturelle et au bout du compte de colonisation politique absolue.

ATTENTION ! Il ne s'agit ni d'une exagération ni d'un fantasme : déjà de nombreuses écoles et universités réclament "d'aménager la loi Toubon" et Pierre Tapie par exemple, le directeur de l'ESSEC (2e grande École de commerce française) milite ardemment pour que TOUS les cours dispensés, ainsi que les examens, soient EXCLUSIVEMENT ET OBLIGATOIREMENT EN ANGLAIS

 

Les signataires de la pétition, lancée par l'Union Populaire Républicaine, demandent le retrait immédiat des projets de loi qui visent à marginaliser la langue française dans l'enseignement supérieur et la recherche, c'est-à-dire du projet de loi ESR dit "Fioraso" .   http://michellemeyer.canalblog.com

 

L'anglais promu dans nos enseignements pour privilégier l'économie, la compétitivité. La mondialisation va jusqu'à porter atteinte aux langues autochtones. Nous ne voulons pas de cette mondialisation esclavagiste.